1. Introduction.

L'EUR/USD a déployé une puissante vague haussière propulsant le cours de 1,08 à 1,14 en moins d'un mois. Ce faisant, des niveaux de résistances importants ont été franchis : 1,1220/1,1300/1,1380.Cette tendance à la hausse se caractérise par des impulsions haussières des volumes d'échange qui chutent lors des retracements du cours.

L'eurodoll évolue actuellement non loin des plus hauts de cinq mois, vers 1,1440. L'ensemble de ces constatations semble de bon augure pour une poursuite de la tendance, nous y reviendrons plus longuement.


2. Aspect fondamental.

L'EUR/USD connaît cependant un répit après la publication la semaine dernière des chiffres US. Les chiffres mensuels sur l'emploi publiés vendredi passé ont été meilleurs que prévu avec 215.000 créations d'emploi non-agricoles en mars.
De même pour l'indice SMI qui montre que l'économie US est en bonne santé en dépit d'une conjoncture internationale morose.




Il semble toutefois que ces conditions favorables ne soient pas suffisantes pour un relèvement des taux d’intérêt US. C'est en substance le discours prudent de Yanet Yellen la semaine dernière sur un éventuel resserrement monétaire qui de toute évidence ne satisfait pas le marché.

Les analystes réalisent alors que la FED attend des conditions encore meilleures pour relever ses taux quand bien même les probabilités d'une récession sont de plus en plus faibles.

Cette hausse de l'euro face au dollar américain se fait en dépit de la politique du quantitative easing menée par la BCE. Début avril, la BCE a encore augmenté du tiers le montant de son QE, associé à la politique de taux zéro, la valeur relative de l'euro devrait baisser mais il n'en est rien ;l'euro continue de grimper face au dollar américain, à la livre sterling et reste quasi neutre face au yen.

Notons également que selon les derniers chiffres fournis par le COT du marché à terme de Chicago, il apparaît que les positions à la vente sont 1,5 fois supérieures aux positions à l'achat mais que depuis le début de l'année, les premières ont chuté de 30%, les positions à l'achat ont bondi de 33%.




En conséquence et selon les données macroscopiques examinées plus avant, l'EUR/USD conserve un profil haussier, rien n'indique en l'état d'un possible retournement majeure de la paire.

On surveillera en particulier cette semaine la publication le 6 avril du FOMC minutes de la FED et le compte-rendu de la réunion de la BCE, jeudi 7 avril.


3. Aspect graphique.

Le cours est actuellement au contact d'une zone de forte résistance comprise entre 1,1390 et 1,1530.
On constate que par le passé, le cours ne s'est pas attardé à ces niveaux de prix et s'est à chaque fois retourné avec force. On note sur le graphique, en hebdomadaire, sept points de retournement. A priori, la paire devrait réagir dans le même sens et se retourner vers les plus bas précédents.




Le second graphique, toujours en données hebdomadaires, fait apparaître un cours qui évolue entre deux canaux parallèles :




La pertinence des bornes, hautes et basses apparaît plus clairement dans le graphique journalier:




On dénombre onze points de contact suivies d'un retournement à la faveur de structures graphiques en chandeliers qui, toutes, se sont révélés pertinentes ; nuage noire, étoile du matin, enveloppante...

Le cours a franchi la borne haute du canal baissier secondaire, en pointillé dans le graphique. Il devrait à priori poursuivre en direction de la borne haute du canal principal qui, point important, est compris dans la zone de résistance mentionnée dans le premier graphique.

En conséquence, deux scénarios se dessinent :

  1. Le cours poursuit à la hausse en direction de la borne haute du canal haussier pour ensuite se retourner.
  2. Le cours se retourne vers la borne haute du canal baissier.


En tout état de cause, la structure des cours en chandeliers japonais sur ou à proximité des bornes devra être surveillé avec la plus grande attention.
Translate to English Show original