1. Introduction.

Les politiques de coopération entre la Chine et la Russie ont connu une accélération depuis les sanctions imposées à la Russie par l'union européenne et les États-Unis. L'ensemble de ces mesures visent à limiter l'exposition de ces deux pays face au dollar américain, plus encore, de s'affranchir à terme des plates-formes de négoce internationales actuelles et d'intéresser d'autres pays à cet ambitieux projet.

Nous passerons en revue quelques aspects de ces changements tels que le système de transactions monétaires internationales, les bourses d'échanges et les conséquences pour le dollar américain en tant que monnaie d'échange internationale.





2. SWIFT et CIPS.

Le réseau SWIFT est un système international, fondée en 1973 à Bruxelles et qui permet aux banques d'échanger des fonds par voie électronique. Ce système a considérablement réduit le coût des transactions et augmenté la rapidité des échanges par rapport au télex.

Faisant suite aux menaces de limiter l'accès de la Russie au système de transactions monétaires internationales, le gouvernement de Vladimir Poutine a mis en place son propre système d'échange entre banques russes. En parallèle, la Banque populaire de Chine (BPC) a lancé son propre système de paiement international, le CIPS qui remplace d'ores et déjà le réseau SWIFT pour les échanges commerciaux entre la Russie et la Chine.

L'intérêt pour la Chine est avant tout de favoriser la liquidité du yuan sur les marchés financiers. Pour la Russie, de sécuriser ses transactions internationales et pour les deux, de s'affranchir du système SWIFT et du dollar américain.

L'ambition de Pékin et d'intégrer à terme l'ensemble des autres membres des BRICS: le Brésil, l'Inde et l'Afrique du Sud, les pays membres de l'organisation de coopération de Shanghai (OCS) ainsi que les pays de l'union économique eurasienne, soit environ la moitié de la population mondiale.






3. Echanges économiques.

Les ambitions de Moscou et de Pékin repose avant tout sur les liens économiques dans le domaine de l'énergie. En effet, depuis 2015, la Chine paie le pétrole russe en yuans, outre l'accroissement du commerce des hydrocarbures entre les deux pays, la Chine et la Russie ont noué des accords stratégiques dont le dernier en date est la construction de pipelines et de raffineries de pétrole. La Chine a ainsi dépassé l'Allemagne en tant que plus gros importateur de pétrole russe, l'Arabie Saoudite n'est plus que le second exportateur de pétrole vers la Chine.

La Chine avait annoncée pour fin 2015 l'ouverture d'un contrat à terme sur le pétrole à la bourse de Shanghai mais ce projet a été reporté à une date ultérieure. Notons par ailleurs que selon l'U.S Energy Information Administration ( EIA), la Chine possède des réserves de pétrole de schiste évalué à 32 milliards de barils.

Les échanges commerciaux dans le domaine énergétique entre la Russie et la Chine ne sont que le vecteur et les prémices d'un changement majeur des moyens de paiement des biens et services libellés dans une autre devise que le dollar américain.



4. Dédollarisation et or.

Les deux pays ont accumulé ces dernières années d'énormes quantités d'or. Pour ce faire, la Russie a vendu une partie de son portefeuille de dettes du trésor américain, elle ne détient plus que 90 milliards d'obligations U.S. contre 130 milliards début 2014. Selon l'économiste russe, Serguei Glaziev, le rouble est entièrement soutenu par l'or détenu par le Trésor russe.

La Chine est actuellement le premier producteur d'or au monde. La bourse de Shanghai lançait le 19 avril 2016 le premier contrat sur l'or libellé en yuan. La Banque populaire de Chine a pris l'initiative qu'il n'y aura pas de conversion en yuan/or du dollar, en effet, Pékin craint un afflux de dollars dont elle ne sait déjà plus que faire.

La volonté de Moscou et de Pékin est de limiter leurs réserves en dollars américains, l'accumulation d'or vise alors à amortir une éventuelle baisse du dollar sur les marchés et d'avoir ainsi à se séparer de leurs obligations à vil prix. A plus long terme, l'ambition est d'adosser leur monnaie à l'or physique.





5. Conclusion
.

Les sanctions contre la Russie ont accéléré un processus entamé depuis quelques années déjà et qui est la volonté de la Russie, de la Chine mais aussi de bien d'autres pays de soulager leur Banque Centrale des avoirs libellés en dollars U.S. Pour l’intérêt de tous, le processus se fait lentement, par étapes, car un retour éventuel de grandes quantités de dollars américains aux USA provoquerait alors une très forte inflation.
Translate to English Show original