Capter une nouvelle tendance qui se dessine est à priori un exercice périlleux en ce sens que la volatilité est la plus forte en ce moment particulier. Il reste en effet sur la valeur beaucoup de traders positionnés sur la tendance précédente, de nouveaux intervenants vont entrer à contre tendance activant ainsi le stop loss de ceux restés sur le trend précédent. La volatilité baissera au fur et à mesure qu'un plus grand nombre de traders entreront dans le sens de la nouvelle tendance.

Le point de retournement de tendance – zone similaire à une large bande de congestion - va générer des pertes importantes pour les deux parties, plus encore pour ceux positionnés sur la tendance précédente. La difficulté de l'exercice consiste alors à combiner risque et profit. D'un seul point de vue statistique, les chances de réussite augmentent et les profits potentiels diminuent pour toute entrée tardive et inversement dans le cas contraire. L'objet de cet article est de proposer au mieux de bons points d'entrée.


Par opposition au cours dit en « trading range », un cours en tendance se définit par des plus hauts et des plus bas de plus en plus hauts dans le cadre d'une tendance haussière, des plus hauts et des plus bas de plus en plus bas dans le cadre d'une tendance baissière.


Visuellement, un cours en tendance est représenté par une droite de tendance ; droite qui relie les creux dans une tendance haussière et les sommets dans une tendance baissière.






Le problème majeur de la droite de tendance tient à sa construction même. Prenons l'exemple d'un trend haussier. Une droite de tendance est constituée au minimum de deux points reliant deux creux. L'exercice consiste alors à attendre une réaction favorable du cours sur ou à l'approche de la droite ; le troisième point de contact. Mais ce faisant, le cours a déjà épuisé une bonne partie de la hausse, diminuant ainsi le potentiel de gain. Ce constat reste vrai dans la très grande majorité des cas dans la mesure où les cours évoluent la plupart du temps en trading range. In fine, la droite de tendance fonctionne comme une moyenne mobile : un signal tardif peu exploitable qui à belle allure à posteriori !

L'autre utilisation possible de la droite de tendance est l'inversion de pôles.

La droite de tendance est une droite de support ou de résistance en pente. Si un niveau de résistance horizontal est franchi par le haut, il peut être testé à nouveau comme support cette fois-ci,. Il en va de même pour la droite de support horizontal qui une fois brisée, peut jouer son rôle de résistance, c'est l'inversion des pôles.


Cela reste encore vrai pour la droite de tendance ; une fois brisée, une droite de tendance haussière peut résister à la hausse, donnant ainsi une opportunité de vente précoce où le potentiel de gain est plus important. Il apparaît aussi que la qualité d'un retracement dépend de la taille, en pips, de ce retracement. Au plus l'écart par rapport à la droite de tendance est important, au plus la probabilité d'un retracement est grande.






Généralement le point d'entrée sera validé par une figure en chandelier japonais.Un exemple est donné ci-dessus ; une étoile filante valide le retracement sur la droite de tendance.

Cependant, les droites de tendance ne sont pas toujours aussi faciles à identifier, elles apparaissent plus clairement une fois franchies et testées à nouveau, ce qui du reste n'est pas le cas pour les droites horizontales, faciles à repérer et très populaires auprès des traders.

L'application la plus probante est l'utilisation de deux droites de tendance de même direction mais de pente différente. Un exemple nous ait donné ici par le graphique ci-dessous.






Cette figure est constituée de deux droites de tendance, une première droite de faible inclinaison, notée 1 dans le graphique et la seconde de forte inclinaison. De manière générale, Il faut porter une attention particulière aux droites de tendance à forte inclinaison car ces droites provoquent très souvent un retracement dans la mesure où un momentum très fort ne peut se conserver indéfiniment. Ce qui est le cas dans notre exemple, le cours brise la droite de tendance 2, s'y écarte fortement et retrace pour rebondir avec trois chandeliers haussiers. L'objectif dans ce cas est alors la droite de tendance 1 sur laquelle le cours se heurte avec une configuration proche de l'étoile du soir.

C'est donc l'objectif à atteindre, ici la droite 1, qui permettra au trader d’apprécier au mieux l'opportunité du risque qu'il encourt.
Translate to English Show original